Chronique d’une spectatrice

4 janvier 2019

Voire la page du groupe

Partager sur facebook

« C’était un dimanche ensoleillé du mois de novembre. J’ai pris ma voiture pour m’enfoncer dans la campagne, à la recherche d’un café inconnu, dans un village au nom inconnu, pour aller voir Carole Jacques.  Le Café Jeanne

Je me suis garée rapidement. J’étais en retard. Je m’engouffre discrètement dans ce café lumineux et bondé… d’enfants. Le concert du dimanche matin avait rameuté de jeunes parents et leurs marmots. Alors, Carole à mis a profils ses talents pour garder l’attention de tous ces enfants, qui ne comprenaient pas grand choses aux sens des chansons, mais qui s’accrochaient aux mélodies, à ses sourires et s’appropriaient les mots. On était bien, ce dimanche matin de novembre, dans ce petit café au milieu du Vercors et Carole qui nous contait ces histoires, dans lesquelles on retrouvait tous, un peu de sois. »

Spectatrice d’un dimanche de novembre au Café Jeanne.